Aller au contenu principal

Après la goélette WHY, bientôt le WHY II, ou plutôt le WHY NOT. Le choix du chantier n’a pas encore été arrêté, mais Under The Pole a annoncé qu’il allait se doter d’un nouveau navire d’exploration à horizon 2023. Il devra intégrer « des moyens d’expérimentation in situ avec un laboratoire de biologie marine, une forte capacité opérationnelle en plongée profonde, des espaces de travail adaptés et un niveau de sécurité maximal, conçu pour naviguer sur l’ensemble des océans et en toute saison », indique le programme d’exploration sous-marine.

Conçu par Axel de Beaufort et Guillaume Verdier, le navire en aluminium avec une capacité polaire mesurera 35 mètres de long pour 9 de large (contre 19.50 mètres de long pour 5.50 de large pour le WHY), avec la capacité d’accueillir 15 à 22 personnes. Equipé de 100 m2 de panneaux solaires et deux moteurs diesel, il aura une autonomie de trois mois en opération et de neuf mois en hivernage polaire. Pour la science, il sera doté d’un laboratoire scientifique sec et humide, d’aquariums, de congélateurs -20°C et -80°C. Il sera aussi équipé d’un caisson de décompression, de deux fortes capacités de stockage de gaz de plongée pour les missions longues. Deux semi-rigide de 6.40 et 4.20 pourront être embarqués, de même que des habitats sous-marins Capsule.

Ce navire doit accompagner le nouveau programme Under The Pole IV Deeplife. Prévu pour s’étendre de 2021 à 2030, en partenariat avec des équipes scientifiques étrangères, il sera consacré à l’exploration des océans jusqu’à 200 mètres de profondeur. Soit la zone mésophotique, en basse lumière. Pour cela, Under The Pole avait besoin d’un navire adapté à ce type de plongées.

Le WHY sera de retour à Concarneau mi-juillet, après quatre ans d’explorations, dans le cadre d’Under The Pole III, qui a vu défiler plus de 100 équipiers de l’Arctique à la Polynésie, via le passage du Nord-Ouest. En tout, douze études scientifiques ont été menées portant, par exemple, sur la fluorescence naturelle en Arctique ou les coraux mésophotiques.

Revenu de son périple, le bateau passera environ un an pour réaliser divers travaux. Il repartira ensuite pour les premières missions d’Under The Pole IV Deeplife, avec des missions vers le Svalbard, les Canaries et les Caraïbes. Il pourrait ensuite rester basé à Concarneau, une fois le nouveau bateau arrivé.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Science et Environnement