Aller au contenu principal

Malgré une année 2021 riche en évènements avec l’ouverture de Calais Port 2015, l’arrivée de Irish Ferries et le Brexit, le port de Calais-Boulogne a accusé un repli de 1% de son trafic. Une baisse liée aux mauvais résultats du fret sur le détroit du Pas de Calais. Un article de la rédaction de Ports et Corridors

À Calais, l’ouverture d’un nouveau terminal ne coïncide pas toujours avec une croissance de trafic. Le 31 octobre, après six années de travaux, le nouveau port de Calais a accueilli son premier navire. « Nous ouvrons un nouveau chapitre de notre histoire », a répété Jean-Marc Puissesseau, président du port.

Un outil qui permet de doubler la superficie et la capacité du port. L’ambition de la place portuaire calaisienne est de devenir un hub logistique de référence en Europe. Les 863 M€ investis dans ce nouveau port doivent l’aider.

Pas d’effets du Brexit

Outre ce nouvel outil, Calais a connu une année 2021 riche en événements. Cette année a commencé avec le Brexit. La sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne a été préparée de longue date par les équipes du port pour que tout se déroule sans encombre. « Tout s’est bien passé, assure Benoît Rochet, directeur général délégué. Nous avons anticipé cette sortie dès 2020 ». Et contre ceux qui prévoyait une saturation du Détroit et une nouvelle donne des trafics transmanche avec le Brexit, le directeur délégué répond que les choses n’ont pas changé. La fluidité du trafic a été assurée tout au long de l’année.

L’arrivée de Irish Ferries

En plus de ces deux éléments, le port de Calais a accueilli en 2021 un troisième opérateur : Irish Ferries. Aux côtés de DFDS et P&O Ferries, Irish Ferries a commencé le 29 juin avec un navire puis en a aligné un second cet hiver. Et l’opérateur irlandais ne va pas s’arrêter en si bon chemin. Il a annoncé l’arrivée d’un troisième navire dans le courant du trimestre. « Nous aurons 10 navires avec cinq départs et cinq arrivées par jour, soit 100 escales par jour. »

Et pour répondre à la demande en fret vers le Royaume-Uni, DFDS a ouvert une ligne pour le fret non accompagné sur Sheerness. L’ouverture de cette ligne n’a malheureusement pas duré dans le temps. Elle a été suspendue en janvier.

Baisse du trafic transmanche

Ces éléments auraient dû participer à une croissance du trafic en 2021. Or, il n’en a rien été puisque le port accuse une baisse de 1% de son trafic à 39,4 Mt. Une baisse qui est principalement liée au transmanche. Sur le port de Calais (Boulogne n’a aucune activité transmanche), le trafic fret transmanche accuse une diminution de 1% à 38,2 Mt. Une baisse plus marquée pour le nombre de camions. En effet, avec 1,6 M d’unités de fret, Calais perd 1,4% de son volume.

Un début d’année compliqué

Ces baisses de volume ne détrônent pas Calais qui conserve 46% de parts de marché sur le transmanche, assure Jean-Marc Puissesseau, président directeur général du port de Calais Boulogne. L’année a démarré faiblement en raison du sur-stockage réalisé par les opérateurs britanniques en fin d’année 2020 qui a ralenti le trafic sur le premier mois de l’année. De plus, les obligations douanières ont freiné les exportateurs, réduisant ainsi une partie du fret. « A cela, se sont ajoutés les effets de la crise sanitaire qui, comme l’année précédente a ralenti l’activité économique », continue Jean-Marc Puissesseau. Après le début d’année difficile, le port a repris son rythme naturel limitant ainsi la baisse de trafic.

Commerce: une progression globale de 5%

Quant au trafic des deux ports de commerce, ils ont progressé de 5% ensemble. À Boulogne, la hausse du port de commerce a été de 2% à 696 803 t. La pierre à chaux a progressé de 50% à 270 000 t. Elle précède la chaux vive qui a réalisé un trafic de 265 431 t, en progression de 21,7%, après une année de recul.

Terminal sucrier: reprise des exportations

À Calais, le port de commerce enregistre une progression de 8% à 560 827 t. Le coke de pétrole est reparti à la hausse avec 46 273 tonnes (+30%). Le trafic de cailloux est resté relativement stable (-1%). Le terminal sucrier poursuit sa reprise avec une hausse de 22% de son trafic à l’export (22 601 tonnes).

Ferroviaire: en attendant la ligne avec Sète

Enfin, le terminal ferroviaire a réalisé au cours de l’année une progression de 39,5%. Ce sont 26 019 unités qui ont été transportées par l’intermédiaire du train. Le terminal accueille trois lignes avec Macon, Orbassano et Le Boulou. En 2022, une nouvelle ligne avec le port de Sète ouvrira. Une ligne qui confirme la position de Calais sur le fret non accompagné. « Même si la ligne avec Sheerness a été suspendue, des remorques non accompagnées sont transportées vers Douvres. La croissance du trafic ferroviaire de remorques non accompagnées démontre la pertinence de notre port sur ce segment », souligne Jean-Marc Puissesseau.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Port de Calais