Aller au contenu principal

Avec 100 000 remorques transbordées sur les quais de Cherbourg, le port normand prend la pole position sur le marché entre le continent et l’Irlande. Un article de Ports et Corridors

Depuis le Brexit, intervenu le 1er janvier 2021, le marché irlandais a attisé les convoitises. Dès le lendemain de la sortie de l’Union européenne du Royaume-Uni, le Grand Port Maritime de Dunkerque a ouvert, avec DFDS, une liaison pour le transport de remorques non accompagnées. En novembre, Haropa Port a suivi le mouvement avec une ligne opérée par Brittany Ferries.

Report de trafic du Landbridge

L’arrivée sur le marché irlandais des deux ports français n’a pas altéré le trafic depuis Cherbourg qui, le 22 décembre, a accueilli sa 100 000ème remorque avec l’Irlande. Le port du Cotentin a su tirer bénéfice de sa position historique sur ce marché. L’utilisation de lignes maritimes directes par ferries s’avère plus efficace que l’ancienne route du « landbridge ». En effet, auparavant, les camions avaient pris l’habitude de rejoindre l’Irlande en entrant en Grande-Bretagne par le Détroit du Pas-de-Calais et de prendre la route jusqu’au nord-ouest du pays.

Trois facteurs qui placent le port en première place

Pour le port de Cherbourg, membre de Ports de Normandie, cette première place sur le continent irlandais tient à trois éléments. En premier lieu, trois compagnies maritimes assurent la liaison, à savoir, Stena Line, Irish Ferries et Brittany Ferries. Ensuite, le port dessert Dublin et Rosslare pour couvrir toute l’Irlande. Enfin, Cherbourg reste parmi les liaisons les plus courtes. En effet, la liaison se réalise en 17h heures avec trois départs par jour et ce, six jours par semaine.

Des investissements réalisés

Face à la croissance du trafic sur l’Irlande, le port a investi pour assurer la fluidité du trafic. Il a procédé à l’achat de quatre tracteurs supplémentaires (170 000 € l’unité), a agrandi les guichets des compagnies ferries et réalisé 8M€ de travaux dans le cadre du Brexit.

Le triplement du trafic

En accueillant la 100 000ème remorque le 22 décembre, Cherbourg voit son trafic roulier avec l’Irlande multiplié par trois par rapport à 2020. Au cours de cette année, et en raison de la pandémie, le trafic avec l’Irlande avait accusé une baisse de 3,6% passant de 35 158 remorques à 33 888. Le nombre de remorques non accompagnées entre Cherbourg et l’Irlande est resté stable à 20 286 entre 2019 et 2020.

Des investissements attendus

Le port du Cotentin ne veut pas en rester là. Pour faire face à la croissance du trafic, Cherbourg et Ports de Normandie se sont engagés dans une phase de travaux avec la création d’un terminal pour une autoroute ferroviaire avec Bayonne. D’autres investissements sont attendus pour augmenter la capacité de stockage des remorques.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Dossiers
Port de Cherbourg