Aller au contenu principal

Le port d’Esbjerg, situé au sud-ouest du Danemark, ambitionne de devenir neutre en carbone. Cet important port scandinave, notamment dans l’industrie éolienne, a entamé plusieurs initiatives pour réduire ses émissions.

Dernière en date, il s’est adjoint les services du groupe français Atos, spécialiste de la transformation digitale et des services et produits de la décarbonation. Ensemble, ils doivent créer une solution trimodale pour réduire les émissions de carbone dans les réseaux de transport. Atos explique qu’il va fournir une solution intégrée qui calculera l'empreinte carbone en fonction des différents modes et itinéraires de transport. Les entreprises logistiques maritimes, ferroviaires et routières pourront ensuite être proactives dans leurs stratégies de décarbonation, en choisissant le mode et l'itinéraire ayant l'empreinte carbone la plus faible et, dans le même temps, en tirant parti des économies de coûts grâce à la coopération avec le port.

Le mois dernier, le port avait annoncé un partenariat avec la société américaine Honeywell pour atteindre un objectif de réduction de ses émissions de CO2 de 70% d’ici 2030, en ligne avec les ambitions danoises. Honeywell assiste le port dans sa gestion du développement de méthodes d’électrification ou encore la numérisation et le suivi de la consommation d’énergie et des émissions. Ainsi, Esbjerg a récemment inauguré des unités de courant à quai alimentées par de l’électricité renouvelable produite par des éoliennes offshore.

Esbjerg est le plus grand port danois de la mer du Nord. Plateforme pour le service et l’approvisionnement de l’industrie pétrolière et gazière danoise, il dispose aussi d’importantes infrastructures pour l’éolien offshore.  Selon Atos, « plus des 4/5 de la capacité éolienne offshore installée en Europe ont été expédiés à partir du port ».

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.