Aller au contenu principal

Conséquence directe de la grève des officiers de port du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire, le record SNSM , qui devait s'élancer de Saint-Nazaire hier, a été annulé. Les 50 bateaux amarrés derrière les écluses n'ont pas pu prendre le départ. Toute la journée de dimanche, les organisateurs de la course ont tenté d'arracher aux officiers grévistes une ouverture exceptionnelle du sas. En vain. En fin de journée, après avoir envisagé un départ en deux temps, la direction de course a finalement décidé de jeter l'éponge. Du côté des participants et du public, c'est la déception. Tout le monde a du mal à comprendre pourquoi cette course très symbolique, puisqu'elle sert principalement à communiquer autour de l'action des bénévoles de la SNSM, a été prise en otage. Yves Lagane, président de la SNSM explique que « les 7000 sauveteurs ont cru jusqu'au bout qu'un conflit qu'ils respectent et qui implique des professionnels de la mer trouverait une issue favorable et permettrait de préserver l'édition 2012 du record SNSM. Son annulation porte un coup très rude à un évènement qui s'était imposé depuis huit années comme un support essentiel de leurs messages de prévention et de sécurité en mer. Il était devenu un levier essentiel de promotion de leur image auprès de nouveaux partenaires et de membres donateurs privés dont ils ont impérativement besoin ». Joël Batteux, le maire de Saint-Nazaire est sur la même ligne : « A la ville de Saint-Nazaire, qui s'investit et investit beaucoup dans cette manifestation, nous sommes très déçus par cette situation. La fête est sacrément entachée par ce que je considère comme une entrave à la solidarité des gens de mer. Par ailleurs, je suis très préoccupé quant à l'avenir des événements nautiques à Saint-Nazaire. Je compte me rapprocher prochainement des hautes instances syndicales pour voir avec elles quelles garanties obtenir pour continuer d'accueillir ici d'autres manifestations, et ne pas subir une pression insupportable ». Enfin, Jacques Auxiette, président de la région Pays de la Loire, un des principaux sponsors de la course, fait part de sa consternation : « Le droit de grève et le droit syndical ne sont pas en cause. Mais prendre pour cible le record SNSM est incompréhensible et inacceptable. La SNSM est sans aucun doute l'organisation la plus populaire du monde de la mer. Cette course contribue à son financement et à sa notoriété. Quelles que soient les revendications, s'attaquer ainsi à un symbole de la solidarité des gens de mer est consternant ».

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Port de Nantes Saint-Nazaire