Aller au contenu principal

Les opérateurs céréaliers rouennais ont exporté 6,45 millions de tonnes au cours de la campagne 2020-2021. Un résultat qui suit une récolte française 2020 en nette baisse. HAROPA PORT conserve sa place de leader en assurant la moitié des exportations maritimes françaises. La Chine devient la première destination des céréales expédiées depuis Rouen.

Après une campagne record avec 9,9 Mt de céréales manutentionnées l’année dernière, le millésime 2020-2021 s’avère moins retentissant avec un total de 6,45 Mt de grains exportés du 1er juillet 2020 au 30 juin 2021. Sur ce total, le blé tendre représente 4 ,63 Mt et les orges 1,82 Mt. Cette baisse conséquente s’explique par une récolte nationale 2020 en recul de 26% pour le blé à 29 Mt, la production d’orges (brassicole et fourragère) accusant, elle, un retrait de 24 %. Cependant, l’hinterland de Rouen (*) a une nouvelle fois enregistré une bonne qualité des céréales à la récolte.

HAROPA PORT conserve ainsi sa part de marché légèrement en hausse et qui représente toujours plus de 50 % des exportations françaises de blé et d’orge. Avec un fort ralentissement en mai et juin, les chargements de navires se sont étalés sur 10 mois, avec un mois de mars très actif avec près de 930 000 tonnes manutentionnées par les quatre opérateurs rouennais : Groupe BZ, Sénalia, Simarex et Socomac.

LA CHINE, PREMIÈRE DESTINATION DES EXPORTATIONS ROUENNAISES

La campagne céréalière 2020-2021 se caractérise également par une modification importante de destination puisque la Chine a remplacé cette année l’Algérie comme premier débouché. Une reconstitution de stocks, la recapitalisation du cheptel porcin et des différends commerciaux avec l’Australie pour l’orge, expliquent la prédominance de la Chine dans cette campagne atypique. Au total, 2,2 Mt de marchandises ont pris la direction de la Chine, soit une hausse de 146 % pour le blé tendre et les orges. La destination Algérie accuse une baisse de 60 % à 1,5 Mt et les expéditions vers le Maroc reculent de 55% avec 0,99 Mt.

Une autre destination émerge cette année avec le grand retour de la Côte d’Ivoire (248 000 t). Sur ce pays, il s’agit du meilleur résultat à l’export enregistré depuis la campagne 2006-2007. Le Cameroun conserve un flux habituel avec un total de 222 000 t. Au final, les pays de la côte ouest africaine ont plébiscité la qualité du blé français avec un total de 982 000 t depuis Rouen. Là encore, cela représente l’un des meilleurs chiffres à l’export sur cette région depuis la campagne 2007-2008.

A l’import, 550 000 tonnes de colza ont transité par les terminaux rouennais, essentiellement pour la production de diester. La baisse structurelle de la production française de colza explique ces besoins importants en entrée. Les protéagineux demeurent stables à l’import avec 60 000 tonnes, et poursuivent leur baisse à l’export.

HAROPA PORT continue à tirer profit de l’approfondissement du chenal de navigation de la Seine. Les terminaux rouennais ont en effet accueilli 51 navires de type Panamax, soit une progression de 24 % par rapport à l’an dernier. Par ailleurs, le tonnage moyen embarqué par ces navires a augmenté de 7,5 % avec 43 000 tonnes.

INVESTISSEMENTS ET MODERNISATIONS

Au cours de la campagne écoulée, les opérateurs céréaliers ont poursuivi leurs investissements. Soufflet-Socomac a modernisé son terminal de Canteleu-Croisset. L’investissement de Soufflet Négoce s’est élevé à 10 M€ avec l’installation d’un nouveau portique de chargement et l’adaptation des équipements de manutention, et est intervenu en complément des travaux réalisés par le Port de Rouen pour un montant de 7,8 M€ afin de mettre le poste au niveau du nouveau tirant d’eau du chenal.

Le groupe BZ, de son côté, a principalement mené des travaux permettant de fluidifier l’accueil des poids lourds sur son site avec notamment la construction d’un nouveau parking et la mise en place des équipements associés.

Simarex a quant à lui finalisé son programme de rénovation des dômes de stockage programmé sur les 3 dernières campagnes (5,3 M€) et a investi sur l’automatisation d’outillages permettant d’apporter une garantie de qualité supérieure pour les céréales chargées et de répondre aux règles HACCP.

Enfin, Sénalia a engagé au cours de cette campagne la construction du bâtiment qui abritera son siège et a préparé le remplacement des portiques de la presqu’ile Elie qui sera engagé lors de la campagne qui débute (7 M€).

* L’hinterland naturel du Port de Rouen est délimité par un rayon d’environ 250 km et englobe la Normandie, l’Ile-de-France, le Centre et une partie des Hauts-de-France (Picardie).

Communiqué d’HAROPA, 01/07/21