Aller au contenu principal

Avec 8,8 millions de tonnes, le Grand Port Maritime de La Rochelle voit son trafic reculer de 0,9% en 2021. Une baisse liée principalement aux céréales. Les marchandises diverses, en hausse de 90% n’ont pu compenser ces pertes. Un article de la rédaction de Ports et Corridors.

Les années se suivent et se ressemblent. Après avoir vu ses trafics baisser de 8,8% en 2020, le GPM de La Rochelle accuse un repli sur les 12 mois de 2021. Le trafic portuaire s’établit à 8,8 Mt, en diminution de 0,9%, soit une perte de 79 292 t d’une année sur l’autre.

Les importations augmentent

Le port charentais a connu au cours des années un trafic relativement équilibré avec 55% à l’import et 45% à l’export. Le repli des flux céréaliers en 2021 et la croissance des marchandises diverses a accentué la structure. La croissance des importations de 10,9% porte ce courant à 5,4 Mt, soit 62% du total. Dans le même temps, les exportations perdent 15,3% et se retrouvent à 3,3 Mt.

Baisse de 12,9% des céréales

La principale cause de la baisse de trafic de La Rochelle Port tient aux trafics céréaliers. Avec 3,2 Mt, ces flux perdent 12,9% de leur volume en 2021. Pour la direction du port, cette baisse s’explique par une campagne 2020/2021 particulièrement mauvaise, suivie d’une récolte 2021 plus proche de la normale. « Il y a toutefois eu peu d’export en fin d’année 2021, un attentisme des marchés qui devrait préfigurer une hausse des exportations en ce début d’année », indique Anthony Vélot, directeur marketing et patrimoine du port.

Une filière qui a perdu 21,7% en deux ans

En effet, les chiffres liés aux trafics céréaliers sont en baisse pour la deuxième année consécutive. Depuis 2019, le GPM de La Rochelle a perdu 21,7% de ses flux céréaliers dont 40% uniquement pour les blés. Ils sont passés de 3,1 Mt à 1,8 Mt. Les orges ont mieux résisté avec une progression en 2021 de 7,4% tout comme le maïs qui a bondi de 146% en 2021 et de 255% entre 2019 et 2021.

Vracs agricoles: baisse globale

Pour rester dans la filière agricole, le GPM de La Rochelle a vu ses trafics d’engrais manufacturés et de produits pour l’alimentation animale se réduire de 6,8% à 776 584 t. La mauvaise récolte en 2020, qui a pesé sur toute la campagne 2020/2021, n’a pas épargné les flux pour l’alimentation animale. Les fabricants se sont reportés sur le marché national et restreint les exportations.

Hausse des produits pétroliers

Les autres courants du port s’affichent en progression. Ainsi, les produits pétroliers, second flux par importance, a progressé de 1,7% à 2,8 Mt. Les produits raffinés augmentent faiblement quand les dérivés non énergétiques prennent une grande part de cette progression.

En hausse de 12 %, la filière des produits forestiers et papetiers s’inscrit durablement dans l’activité du port avec une progression de 12% à 571 860 t. Sciages, placages, pâte à papier et pellets, toutes les catégories gagnent des volumes à l’exception des grumes. Les pays exportateurs de bois obligent une première transformation localement avant d’exporter.

BTP: au-delà des chiffres de 2019

Les produits du BTP ont franchi, en 2021, le cap du million de tonnes. Ils atteignent 1,1 Mt et progressent de 23%. Ils ont compensé les pertes enregistrées en 2020 et dépassé leur résultat de 2019. Des chiffres qui démontrent la reprise du secteur de la construction au niveau local.

Diverses: les énergies marines renouvelables font des tonnes

Enfin, le trafic des marchandises diverses connaît une progression spectaculaire en 2021. Avec une hausse de 90,6% à 288 631 t, ce courant a profité des flux liés aux énergies marines renouvelables, en l'occurence des équipements destinés au parc éolien en mer de Saint Nazaire. Cette logistique du parc éolien se réalise en deux temps. D’une part, les monopieux et pièces de transition des éoliennes sont déchargés et stockés sur le port. Ensuite, un navire vient charger ces pièces pour les installer sur le parc.

L’optimisme du port pour 2022

La direction du GPM reste confiante pour l’avenir. « Nous constatons que les fondamentaux du Port se maintiennent et que les pistes de développement se confirment. 2022 se présente sous de meilleurs auspices avec notamment la perspective de volumes céréaliers plus soutenus et une nouvelle offre de services pour les vracs agricoles avec la nouvelle ligne d’ensachage proposée par l’opérateur Atena », analyse Anthony Vélot.

Du ciment décarboné sur le port

D’autre part, le port a présenté aux riverains le projet d’implantation de Hoffmann Green Cement Technologies. La société, productrice de ciment, s’installera au sud de l'ancienne base navale avec deux silos de 30 m de haut, dans une première phase. La société recevra des boues d’argile, des cendres volantes issues de la biomasse et des laitiers de hauts fourneaux issus de la sidérurgie. Ces produits lui permettront de fabriquer du « ciment décarboné ». Le projet signifie un investissement de 10 M€ pour la construction des deux premiers silos et représente un trafic maritime de 100 000 t par an.

Investissements: 9 M€

Du côté des investissements, le GPM de La Rochelle table sur une enveloppe de 9 M€. Une somme qui sera consacrée à l’aménagement au Môle d’Escale et à La Repentie, la construction de deux hangars et la rénovation de la jetée sud de Chef de Baie.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Dossiers
Port de La Rochelle