Aller au contenu principal
Un thonier-senneur qui devient un baliseur océanique… C’est l’histoire du Saint Antoine Marie II, un navire de 43 mètres, construit en 2004 par les chantiers Piriou pour l’armement de Serge Perez, basé à Port-Vendres. Il n’aura pas longtemps navigué au thon rouge. Arrivé peu de temps avant le bras de fer ayant opposé les ONG aux armements thoniers, le bateau a notamment pris part au blocage du Rainbow Warrior de Greenpeace devant Marseille en 2006. En 2008, la Commission européenne ferme de manière anticipée la pêche, face à la chute du stock de thon rouge en Méditerranée. Les années suivantes, les quotas sont drastiquement réduits, la flottille méditerranéenne désarme massivement. Dont le Saint Antoine Marie II.
Il est  brièvement affrété en 2011 pour acheminer du matériel humanitaire en Libye. Puis acquis par le service des Phares et Balises en mai 2012. L’idée est de le transformer en baliseur océanique pour remplacer les vénérables Roi Gradlon (construit en 1948 et basé à Lorient) et Charles Babin (construit en 1949 et basé à Saint-Nazaire) pour effectuer les travaux liés à la signalisation maritime de la région. Une solution permettant de poursuivre la modernisation des moyens des Phares et Balises, qui avaient vu une partie de leur flotte renouvelée au début des années 2000 avec la mise en service des baliseurs Armorique (Brest), Chef de Caux (Le Havre) et Hauts de France (Dunkerque). De plus, un autre ancien thonier réalisé chez Piriou, l'ex-Roger-Christian IV de l'armement sétois Avalone, a déjà été transformé en baliseur. Rebaptisé Iles Sanguinaires II, il a été remis en service en Corse. 
 
 
 
76818 phares et balises iles sanguinaires
© MICHEL FLOCH
L'Iles Sanguinaires II à Ajaccio en 2011 (© MICHEL FLOCH)
 
 
 
Les travaux de conversion du Saint Antoine Marie II avaient commencé en octobre 2012 à Lorient, où la société Timolor avait procédé notamment au retrait des sonars et au carénage du navire. Il a depuis rejoint Saint-Nazaire. Une deuxième phase de travaux visant à la transformation du pont et à l’équipement des apparaux nécessaires est actuellement envisagée. Les études sont en cours, les travaux devraient suivre. Avec pour objectif une entrée en flotte au cours du deuxième semestre 2014.
 
 
 
76816 baliseur charles babin
© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU
Le Charles Babin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
 
 
Le Charles Babin (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
 
 

Aller plus loin

Dossiers
Port de Lorient Port de Nantes Saint-Nazaire