Aller au contenu principal

Au Maroc, les ports gérés par l'ANP enregistrent une croissance par rapport à 2019. Les sites de Casablanca et Jorf Lasfar rassemblent 70% du trafic portuaire national. Un article de la rédaction de Ports et Corridors.

En 2021, l’Agence nationale des ports (ANP) du Maroc enregistre une progression de ses trafics par rapport à 2019. La tendance est plutôt à la baisse par rapport à 2020 en raison de la constitution de stocks importants par le Royaume Chérifien. Ainsi, comparativement à 2019, le trafic des sites de l’ANP ressort avec une hausse de 3,5% à 91 millions de tonnes. La tendance est à la baisse quand on compare les résultats avec ceux de 2020. En effet, au cours de cette année, les ports marocains ont importé massivement des céréales, du sucre et de l’aliment pour le bétail afin de faire face à la pandémie. Ainsi, les importations de céréales ont totalisé 9,4 Mt en 2020, un record jamais atteint pour les ports marocains. Dans son rapport sur les trafics annuels, l’ANP précise que « si on tient compte de volumes d’importations d’une année normale pour lesdites denrées, le volume de l’activité des ports gérés par l’ANP en 2021 aurait affiché une tendance positive de 1,6%. »

Baisse des importations par rapport à 2020

Les importations ont enregistré une progression de 2% en 2021 à 54,8 Mt par rapport à 2019. Comparativement à 2020, ces flux sont en baisse de 2,3% en raison des entrées moindres de céréales (-24,1%), des aliments pour bétail (-21,8%) et du soufre (-5,1%). Du côté des exportations, les trafics s’élèvent à 33,1 Mt, en baisse de 1,1% par rapport à 2020. Une diminution en raison de la baisse des expéditions d’engrais, de phosphate et de clinker. Des flux qui ont été compensés par des exportations de gypse et de barytine.

Jorf Lasfar en pole position

Jorf Lasfar conserve sa première place au sein des ports gérés par l’ANP avec un trafic de 35,1 Mt, en baisse de 5,4%. Il représente à lui seul 38,6% du trafic des ports marocains. Cette baisse est notamment liée à la diminution des expéditions d’engrais, des importations de charbon, de soufre, de céréales et d’ammoniac. Des diminutions partiellement compensées par les exportations d’acide phosphorique qui ont progressé de 19,4%.

Casablanca; 1,1 MEVP

La seconde place du classement des ports marocains revient à Casablanca. Avec 29 Mt, le port de la capitale économique du pays enregistre une baisse de 4,3% marquée par la baisse des flux céréalier, de phosphates et d’aliments du bétail. Le port de Casablanca a malgré tout vu son trafic conteneurisé progresser de 4,7% à 1,1 millions d'EVP.

Safi, dopé par le gypse et la barytine

Parmi les autres ports marocains, Safi enregistre une progression de 12,7% de son trafic à 9,8 Mt. Situés au sud de Lorf Jasfar, les ports de Safi, avec deux sites, ont été dopés par le rebond des importations de charbon qui ont augmenté de 47% à 3,4 Mt. De plus, les exportations de gypse et de barytine ont augmenté de, respectivement, 24,5% et 390%.

À Agadir, le trafic s’affiche en retrait de 6,6% à 5,6 Mt. Une baisse liée notamment aux diminutions d’importations de céréales et de clinker. Du côté des conteneurs, Agadir progresse de 0,4% à 173 066 EVP.

Conteneurs: en hausse de 3,8%

Globalement, les trafics conteneurisés connaissent dans les ports marocains une progression de 3,8%. Les sites gérés par l’ANP ont totalisé 1,2 MEVP. En tonnage, la progression est moindre. Elle atteint 1,4% à 12,3 Mt. Les exportations ont augmenté de 1,8% à 526 922 EVP alors que les importations ont progressé de 2% à 529 667 EVP.

© Un article de la rédaction de Ports et Corridors. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Maroc