Aller au contenu principal

Le tout premier avitaillement d’un navire en gaz naturel liquéfié dans le port de Marseille-Fos a été mené à bien en fin de semaine dernière. Il a été effectué par le Gas Vitality, tout nouveau souteur de GNL exploité par le groupe TotalEnergies, au profit du porte-conteneurs CMA CGM Bali. Entré en flotte en septembre dernier et exploité entre l’Asie et la Méditerranée, ce navire de 366 mètres et d’une capacité de 14.812 EVP appartenant à Eastern Pacific Shipping est le quatrième d’une série de six unités affrétées par l’armateur français. Il est arrivé à 4 heures du matin le vendredi 21 janvier au terminal PortSynergy de Fos-sur-Mer. Long de 135 mètres et capable de stocker 18.600 m3 de GNL, le Gas Vitality s’est mis à couple du CMA CGM Bali à la mi-journée et a injecté plus de 6000 m3 dans la cuve en inox du porte-conteneurs, qui peut contenir jusqu’à 12.000 m3 de gaz, refroidi à - 161°C pour qu’il soit à l’état liquide.

 

274776 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos
© EMMANUEL BONICI

Le Gas Vitality à couple du CMA CGM Bali le 21 janvier à Fos (© EMMANUEL BONICI)

 

Une manœuvre longue et complexe

La manœuvre, délicate et très surveillée, a duré 16 heures, l’essentiel de ce temps n’étant pas dû au transfert de GNL en lui-même mais aux préparatifs et aux contrôles de cette opération, qui prend en réalité 5 heures environ pour injecter les 6000 m3. Rien que la mise en place du souteur, équipé sur son flanc tribord de trois grosses défenses pour se coller contre la coque du navire à ravitailler, est complexe et longue, puisque cet amarrage doit permettre de résister à 60 nœuds de vent.

Le raccordement se fait à l’aide de trois connexions de 8 pouces, deux sont pour le transfert du gaz liquide, la troisième pour le retour vers le souteur des vapeurs de gaz. Rien n’est en effet rejeté à l’air libre, les évents du porte-conteneurs, qui permettent de libérer les gaz de la cuve, étant une sécurité ultime, en dernier recours.

Deux lignes de 8 pouces sont nécessaires pour atteindre un débit maximum de 1200m3 par heure (soit 2 x 600 m3). Une seule ligne aurait été trop difficile à manipuler et raccorder. Le branchement prend environ 2 heures et la déconnection entre 3 h et 3h30. Une fois le branchement effectué, la montée en débit se fait progressivement, par paliers de 20 minutes. Il faut donc de 45 minutes à une heure pour atteindre les 1200m3/h.

Pendant l’opération, une zone de sécurité est mise en place, interdisant toute exploitation sur trois cales à conteneurs derrière le château et deux cales sur l’avant, le bunker de connexion se trouvant sur le CMA CGM Bali au niveau du pont principal, juste derrière le château. Et pour ce premier soutage GNL à Fos, la sécurité était maximale avec la présence sur le plan d’eau de la Gendarmerie maritime et des marins-pompiers de Marseille, dont certains étaient à bord.

Le Gas Vitality, qui avait fait le plein de GNL pour la première fois au terminal méthanier de Fos-Cavaou le 28 décembre, a quitté son mouillage vers 8 heures vendredi matin et a débuté son approche du porte-conteneurs deux heures plus tard, évitant dans la darse puis se laissant rabattre par le vent qui soufflait assez fort. L’approche fut très prudente, alors qu’un pilote était à bord du souteur, au contact du porte-conteneurs vers 11 heures et amarré vers 12H30. Après connexion, le transfert a commencé un peu avant 15 heures et, une fois l’opération terminée, le Gas Vitality est reparti, rejoignant son mouillage vers 6 heures samedi matin.

 

Diaporama

 

274757 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos
© EMMANUEL BONICI

(© EMMANUEL BONICI)

274766 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos
© EMMANUEL BONICI

(© EMMANUEL BONICI)

 

Diaporama

 

274775 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos
© EMMANUEL BONICI

(© EMMANUEL BONICI)

274772 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos
© EMMANUEL BONICI

(© EMMANUEL BONICI)

274773 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos gendarmerie maritime
© EMMANUEL BONICI

(© EMMANUEL BONICI)

274783 gnl soutage avitaillement gas vitality cma cgm bali eurofos
© EMMANUEL BONICI

Phillippe Charleux de TotalEnergies, Christine Cabau de CMA CGM et Hervé Martel du port de Marseille-Fos (© EMMANUEL BONICI)

 

Les débuts d’un service régulier pour les navires marchands et les paquebots

Cette manœuvre a constitué le second soutage de GNL réalisé en ship-to-ship dans un port français après celui intervenu à Dunkerque, le 30 avril 2021. Le Gas Agility, sistership du Gas Vitality entré en service en 2020 à Rotterdam, avait alors rejoint le port nordiste pour avitailler le porte-conteneurs CMA CGM Jacques Saadé. D’autres ports français assurent également des approvisionnements en GNL, par exemple pour des dragues, mais ces opérations sont réalisées au moyen de camions-citernes. Marseille, où le Gas Vitality, armé sous pavillon français, est basé, est revanche le premier port hexagonal à proposer un service régulier par souteur. Ce sera le cas pour CMA CGM, qui exploite déjà 24 porte-conteneurs à propulsion GNL et en alignera 44 d’ici la fin 2024, mais aussi d’autres armateurs, notamment à la croisière puisque TotalEnergies a par exemple conclu avec MSC Cruises un contrat d’avitaillement en GNL pour les futurs paquebots de la compagnie italo-suisse escalant dans les bassins phocéens. Les futurs ferries au GNL exploité à Marseille pourront aussi bénéficier de ce service.

Développer un hub régional et travailler à la décarbonation du GNL

« Le GNL est la solution la plus avancée et la plus facilement disponible pour soutenir les efforts visant à améliorer la qualité de l’air, un enjeu majeur de santé publique pour les communautés des zones côtières et des villes portuaires. Ce carburant permet de réduire les émissions d’oxydes de soufre de 99 %, les émissions de particules de 91 %, et les émissions d’oxyde d’azote de 92 %. Un navire propulsé au GNL émet en outre jusqu’à 23 % de gaz à effet de serre de moins que les systèmes traditionnels propulsés au fioul », affirment CMA CGM et le port de Marseille-Fos, qui veulent avec TotalEnergies faire de la place portuaire provençale l’un des grands hubs d’avitaillement en GNL du bassin méditerranéen. Avec aussi une volonté affichée de développer une filière régionale d’approvisionnement en biométhane et peut-être à l’avenir en e-méthane afin de rejoindre les objectifs de décarbonation que le GNL n’atteint pas encore.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

Aller plus loin

Rubriques
Marine marchande
Dossiers
Port de Marseille CMA CGM TotalEnergies