Aller au contenu principal

Avec 44.6 millions de tonnes, le trafic du Grand Port Maritime de Marseille au premier semestre est à peu près équivalent au premier semestre 2010. Les effets de la réforme portuaire, effective depuis le début mai dernier, ne se font pas, selon le GPM, encore ressentir. Le début de l'année 2011 a été marqué par une bonne progression du trafic d'hydrocarbures (+8%, avec 30.46 millions de tonnes), surtout sur le segment de GNL (+33%) qui bénéficie de la mise en service du terminal de Fos-Cavaou. Le segment du brut destiné à l'export augmente de 21%, notamment en raison du trafic vers la raffinerie suisse de Cressier. Les vracs solides sont en net retrait (-25%, à 4.8 millions de tonnes), notamment en raison de l'arrêt d'un des deux haut-fourneaux d'Arcelor. Les vracs liquides et alimentaires se maintiennent à 1.7 million de tonnes, la baisse du trafic chimique (-1%) et biocarburants (-20%) étant compensés par la bonne augmentation des trafics sucre et céréales (+26%). Le trafic conteneurs fait en revanche grise mine. Avec 462.781 EVP (Equivalent Vingt Pieds, taille standard du conteneur), le trafic est en recul de 9%. Le roulier progresse quant à lui de 6% grâce à l'augmentation des échanges avec la Corse, l'Italie et la Tunisie. Mais le conventionnel recule de 8%. Côté passagers, le trafic reprend des couleurs. Avec 778.800 passagers, il gagne 2%. Et ce notamment grâce à de bons chiffres sur la Corse (+11% avec 312.000 passagers), liés à la reprise du trafic de la SNCM et l'arrêt des activités de Moby Lines à Toulon. En revanche, le trafic vers le Maghreb est en net recul (-17% pour l'Algérie avec 99.000 voyageurs et -32% pour la Tunisie avec 45.000 voyageurs). Le trafic croisière augmente pour sa part de 2%.

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Port de Marseille