Aller au contenu principal

Vivement critiqués pour avoir empêché dimanche le départ du Record SNSM, les officiers de port grévistes du Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire défendent leur action. « Les officiers de port sont conscients du désappointement occasionné aux participants du record SNSM et regrettent la gêne qui en a découlé. Mais si la décision de ne pas ouvrir les écluses a été maintenue, il faut en rechercher la responsabilité auprès d'une direction de GPM, direction sourde aux revendications légitimes d'une profession dont la reconnaissance et les attentes ne sont pas prises en considération », expliquent les représentants du SNOP-FO. Pour mémoire, la majorité des 34 officiers de port et officiers de port adjoints du grand port maritime de Nantes Saint Nazaire ont cessé le travail suite à un préavis de grève courant de vendredi à lundi derniers. Le mouvement vise à faire appliquer au corps des officiers de port une prime de gratification annuelle (une hausse de rémunération annuelle de 8.33% soit un équivalent de 13ème mois) dans le cadre de l'application de la convention collective nationale unifiée des personnels des grands ports maritimes. Ce que n'a pas décidé le GPM de Nantes Saint-Nazaire, qui affirme que les syndicats font « une interprétation contestable de la nouvelle convention collective ». Toujours est-il que le torchon brûle depuis plusieurs semaines entre la direction du port et les officiers, aboutissant au conflit dont le Record SNSM a fait les frais. Cet évènement, organisé depuis 8 ans afin de promouvoir la sécurité en mer et l'action des 7000 bénévoles de la Société Nationale de Sauvetage en Mer, est pourtant un rendez-vous crucial pour l'association, qui vit en partie de donations et a, avec cette course, trouvé un beau moyen de se mettre en lumière pour, in fine, trouver des soutiens. C'est la raison pour laquelle le refus des officiers de ports d'ouvrir les écluses pour permettre aux 50 voiliers présents dans le bassin nazairien de participer à la course a été particulièrement mal vécu. Chez les grévistes, on dit comprendre la déception, mais on tempête contre la volée de critiques dont le mouvement a fait l'objet, notamment de la part d'organisations maritimes. Ainsi, le SNOP-FO ne digère pas la réaction du Cluster Maritime Français et l'Institut Maritime Français, qui ont violemment taclé, dans un communiqué, le refus des grévistes d'accepter une trêve pour permettre au Record SNSM de se dérouler. « C'est toute une profession qui se sent insultée », affirme le syndicat. Ce dernier rappelle qu'au sein des officiers de ports, « nombreux sont ceux qui sont membres de la SNSM, et patrons de vedette pour certains ». « Nous les officiers de port connaissons la solidarité des gens de mer », assène le SNOP-FO. Ce qui rend d'ailleurs le refus des écluses encore plus difficile à comprendre car, sans préjuger de la légitimité du conflit, cette action fut sans doute une erreur : Non seulement les grévistes n'ont pas obtenu ce qu'ils réclament, mais en plus ils ne se sont certainement pas attirés la sympathie du public, qui aurait probablement apprécié que les officiers fassent un geste, surtout pour la bonne cause...

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Port de Nantes Saint-Nazaire