Aller au contenu principal

Un plan d’action a été lancé pour soutenir le port de Marseille secoué par les récents mouvements sociaux. Il associe la région Sud et les acteurs de la communauté portuaire désireux de rassurer leurs clients. Ce plan combine un soutien financier aux entreprises affectées et un « pacte d’engagement » porté par le Grand port maritime de Marseille, l’Union maritime fluviale et l’ensemble des acteurs de la place portuaire.

Treize entreprises de la place portuaire doivent bénéficier d’un « plan de relance régional », selon la Région. Elles bénéficieront d’une aide financière accordée par la Région Sud dans le cadre du dispositif « Région Sud Défensif », destiné à protéger l’emploi en accompagnant les entreprises rencontrant des difficultés conjoncturelles ou exceptionnelles. La collectivité doit débloquer jusqu'à 3 millions d’euros.

Par ailleurs, pour les jours d’opération port mort, « une remise commerciale couvrant l’altération de l’activité économique et du service rendu pendant la période concernée, pour les frais de stationnement sur les marchandises diverses à l’import comme à l’export », indique un communiqué du GPMM. Ensuite, le port propose « une remise jusqu’à 30 % pendant 3 mois sur les frais portuaires, consentie par les services portuaires, sur les lignes régulières internationales traitant les marchandises diverses ». Les armateurs restant fidèles au port pourront bénéficier de ces mesures qui concernent les RoRo, RoPax international, car carriers et conteneurs.

Selon des déclarations d’Hervé Martel, président du GPMM, les treize jours d’opérations ports morts auraient entraîné la perte de 200 millions d’euros de chiffre d’affaires. Sur les deux mois de conflit (décembre et janvier), une baisse d’activité de 25% a été enregistrée sur le trafic conteneurs.

Début février, Haropa avait également annoncé des mesures de relance avec notamment une remise commerciale exceptionnelle sur les droits de ports pour les porte-conteneurs en janvier et février ainsi qu’une remise tarifaire pendant deux ans pour ceux escalant au Havre.

 

Aller plus loin

Dossiers
Port de Marseille