Aller au contenu principal

De Rotterdam à Gênes en passant par Haropa et Marseille-Fos, les trafics portuaires sur le premier semestre affichent un tassement comparativement à 2021. Les ports français tirent leur épingle du jeu. Un article de Ports et Corridors.

En 2021, les ports européens ont profité pleinement de la reprise économique. Une tendance qui s’est déclinée sur les premières semaines de 2022. Les ports d’Europe expliquent ce ralentissement de la croissance aux effets du conflit en Ukraine. Depuis l’invasion de l’Ukraine par la Russie, les fondamentaux du commerce et de l’économie se modifient.

L’effet du conflit de l’Ukraine

Avec le conflit ukrainien, les prix de l’énergie ont rapidement augmenté. Pour certains États, il a fallu revoir ses sources d’énergie. Ainsi, en Allemagne, la réactivation des centrales thermiques a joué. En France, pour compenser l’absence de l’Ukraine de certains marchés céréaliers, les trafics céréaliers ont profité, notamment à Rouen.

Des progressions plus faibles

Avec cette nouvelle donne, les trafics portuaires totaux des ports européens ont enregistré des progressions plus

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Divers Ports