Aller au contenu principal

A fin décembre 2014, les trafics PNA progressent de 5,96% pour les passagers. Cette croissance soutenue du trafic passagers concerne aussi bien le transmanche que la croisière. Portées par le redémarrage de l’économie outre-Manche, les lignes ferries, vers le Royaume-Uni et l’Irlande, progressent respectivement de 3.56% et 6.71%. La croisière, qui aura largement bénéficié des commémorations du débarquement en Normandie bondit de près de 60%.

L’activité fret transmanche reste stable (-0,08%), dans un contexte de dynamique soutenue sur le détroit, et de baisse d’activité des lignes de l’Ouest. Cette stabilité des trafics à l’échelle de PNA masque des contrastes. Si le repli se poursuit entre Cherbourg et Poole (-29,04%), à l’inverse, le trafic croît de 3.21% à Caen-Ouistreham, grâce notamment à une progression de l’offre. Sur l’Irlande, la qualité et la fréquence de l’offre à partir de Cherbourg, renforcée par la création de la ligne sur Dublin fin 2013, permettent d’engranger une nouvelle progression notable (5,53%).

Après une année record en 2013, le trafic conventionnel retrouve une activité proche de l’exercice 2012, avec 693 044 tonnes. Le retour à un niveau d’exportations de céréales à Caen-Ouistreham dans la norme, la baisse du trafic charbon à Cherbourg, ainsi que les faibles importations de sel de déneigement à Caen-Ouistreham, expliquent le repli du trafic marchandises conventionnelles.

Concernant la filière pêche, les résultats affichés par la Halle à Marée de Cherbourg sont globalement stables tant en volume qu’en valeur. L’activité de passage dans les ports de plaisance aura été très satisfaisante avec une progression conséquente du nombre d’escales comme de nuitées.

 

Confiance et volontarisme pour 2015

2015 s’ouvre avec confiance concernant l’activité transmanche, du fait d’une prévision de croissance au Royaume-Uni et en Irlande proche de 3%, de la réévaluation de la Livre par rapport à l’Euro, et de la baisse du prix du baril du pétrole. Il sera toutefois intéressant d’observer au cours des prochains mois si l’évolution réglementaire concernant les nouvelles normes de soufre émis par les navires vient contrarier ce contexte plutôt favorable au développement des échanges entre le Royaume-Uni/Irlande et le continent.

Concernant la croisière, 2015 sera, de nouveau, une belle année avec près d’une trentaine de paquebots attendus.

Trois enjeux majeurs sont à prendre en considération dès à présent : la perspective de la réunification normande, les éventuelles conséquences de la loi NOTRe sur les ports, et enfin, la nécessité tant pour Caen-Ouistreham que Cherbourg de retrouver des trafics conventionnels structurants.

C’est pourquoi, dès 2015, Ports Normands Associés orientera son action selon trois priorités.

La première consiste à approfondir le travail partenarial, en premier lieu avec ses délégataires. Lieu d’échange et de coexistence des acteurs par nature, le développement portuaire ne peut se concevoir isolement. De nombreuses coopérations avec le monde économique, académique ou institutionnel ont été mises en oeuvre. Elles ont vocation à être approfondies pour renforcer les synergies.

La seconde priorité de PNA est de rechercher, en lien avec ses délégataires, de pistes de développement pour conforter l’impact économique du port sur le territoire. En ce sens, des études de marché et de diversification sont lancées pour identifier de nouvelles opportunités concernant les filières transmanche, vrac et croisière.

La dernière vise à renforcer l’attractivité de l’offre portuaire. Cela se traduit par un niveau d’investissement exceptionnel de 60 M€ au bénéfice de nombreuses filières qui prennent appui sur les infrastructures pour fonder leur développement. Ce choix volontariste se réalise alors que les droits de ports 2015 ont été établis sur la base d’une d’absence d’augmentation générale.

Parmi les projets majeurs, 50 M€ seront consacrés à la filière naissante des Energies Marines Renouvelables :

- livraison du quai sud des Flamands du port de Cherbourg, spécifiquement constitué pour supporter les colis d’un poids exceptionnel,

- démarrage de l’extension de 39 ha du port de Cherbourg en grande rade, afin de disposer d’espaces suffisants au déploiement attendu de la filière hydrolienne,

- réaménagement de l’avant-port de Ouistreham afin de permettre l’implantation de la base de maintenance du champ éolien de Courseulles-sur-Mer.

 

Le secteur de la pêche et des produits de la mer à travers la finalisation de la réhabilitation des infrastructures portuaires et la viabilisation d’une zone d’activité d’environ 4ha sur le site Collignon (600 K€), ainsi que celui de la construction et de la réparation navale avec la livraison de l’élévateur à bateau 300 T (1,6 M€), disposeront de nouveaux outils attractifs pour se développer.

.

Avec une dépense moyenne de l’ordre de 80 € par passager, la croisière génère une activité économique notable. Mises hors service depuis juin 2014 pour des raisons de sécurité, les deux dernières passerelles « historiques » doivent être remplacées. Un investissement d’un montant de 1,6 M€ est inscrit au budget de PNA.

Par son impact économique et son action volontariste, PNA porte l’ambition d’amplifier son rôle d’acteur économique majeur du territoire normand.

 

Communiqué de PNA, janvier 2015

 

Aller plus loin

Dossiers
Port de Cherbourg