Aller au contenu principal

Les 34 officiers de port et officiers de port adjoints du grand port maritime de Nantes Saint Nazaire ont observé un mouvement de grève de 72 heures, du vendredi 1er juin au matin à ce lundi dans la matinée. Selon la Fédération Equipement Environnement Transports Services du syndicat Force Ouvrière, ayant déposé conjointement le préavis avec la CGT Ports et Docks, 80% des personnels ont cessé le travail. Les bornages, placements de navires, et surtout les mouvements d'écluses n'étant plus effectués, le trafic du port a été fortement perturbé. Le Record SNSM, qui devait partir de Saint-Nazaire dans la journée de dimanche, a même été annulé. A l'origine du conflit, l'application de la convention collective nationale unifiée des personnels des grands ports maritimes. Celle-ci est entrée en vigueur le 1er mai dernier. Selon les syndicats, le GPM de Nantes Saint Nazaire refuserait d'appliquer au corps des officiers de port une prime de gratification annuelle - une hausse de rémunération annuelle de 8.33% soit un équivalent de 13ème mois - qui serait pourtant perçu par les autres employés portuaires. « Ce refus entraîne, de fait, une inégalité de traitement pour ces agents par rapport aux autres salariés des GPM, y compris par rapport aux officiers de port des autres GPM », détaille le préavis de grève. Plusieurs entrevues entre la direction du GPM et les représentants des officiers de port ont eu lieu les jours précédant le mouvement de grève et même durant le week-end. Aucune n'a abouti. Du côté du GPM, on « regrette vivement cette situation, qui nuit à l'image de l'établissement, à celle de chacun de ses salariés et, dans le cas présent, à la région nazairienne et aux organisateurs du "Record SNSM", majoritairement porté par des bénévoles ». Sur les revendications des officiers, il est précisé qu'elles s'appuient sur « une interprétation contestable de la nouvelle convention collective. Or, il est rappelé que le Grand Port Maritime réalise une mise en oeuvre équitable de cette convention collective pour tous ses salariés, laquelle est indépendante du mode de paiement retenu, sur 12 ou 13 mois. Néanmoins, ces deux derniers jours, des propositions significatives en matière de rémunérations ont été faites par la direction aux deux organisations syndicales concernées, la CGT Ports et Docks et Force Ouvrière, qui ont cependant décidé de poursuivre le mouvement de grève ».

Aller plus loin

Rubriques
Vie portuaire
Dossiers
Port de Nantes Saint-Nazaire